Balduzzi du décret, la grève des médecins et des pédiatres

medici di base e pediatri in sciopero

Si le Gouvernement accepte la modification au décret Balduzzi soumis par les Régions, les médecins généralistes et les pédiatres n’hésite pas à frapper. Appui de celles-ci, les trois syndicats sont dans la majorité et qui défendent les droits des médecins de famille, de ceux qui servent dans les cliniques et les pédiatres, demandant à la Ministre de la Santé, Renato Balduzzi, le Gouvernement et les parlementaires afin d’éviter, dans l’intérêt de tous les Italiens, ce qu’ils appellent un “massacre”.

Les propositions de la Ministre à ce sujet n’est pas, en fait, seule la nouvelle législation antitabac, ou le fantôme de la taxe sur les boissons sucrées dont nous avons déjà eu, pour ainsi dire, mais aussi les différents aspects de l’exercice de la profession médicale. La semaine dernière, cependant, la Santé, les conseillers de la Régions ont envoyé au Gouvernement une lettre dans laquelle ils ont proposé des modifications à la Balduzzi du décret. Parmi les points à modifier l’un sur l’obligation pour les associations de médecins, sur la certification des médecins sports médicaux et les gestionnaires. Selon les syndicats, cependant,

les conflits de compétence et de pouvoir s’imposer sur le contenu mis ensemble un rag-tag, la liste des souhaits particuliers de chaque région, sans tenir aucun compte des effets dévastateurs qui pourraient en résulter.

Giacomo Milillo, secrétaire national de l’Fimmg (Fédération italienne des médecins de médecine générale) a expliqué que

Aujourd’hui, les médecins et les pédiatres, la famille sont des professionnels. Les Régions de l’introduction du personnel, et aussi la possibilité de déplacer le personnel des unités sanitaires locales ou des hôpitaux dans les études de médecine générale. Ainsi, par exemple, les gens qui pendant des années ont fait le chirurgien, vous face à un tout nouveau business.

Non seulement que, selon Milillo

les dépenses pour le personnel du service national de santé augmentera sûrement, parce que la moyenne du coût brut d’un médecin de l’employé est supérieur à celui d’un médecin, surtout si vous considérez le fait que, dans le coût de la plupart des accords sont inclus, les coûts nécessaires pour obtenir toutes les installations, le personnel et les outils nécessaires pour exercer l’activité de soins.

Tous au détriment du patient, qui, d’après le secrétaire d’Fimmg, peuvent compter sur un service de pire que l’actuel. En fait, le médecin vous voyez des plafonds de dépenses de l’individu qui pourrait, dans le pire des cas, entraîner la suspension de soins ou de sauver à tout prix. Non seulement cela, la figure du médecin de famille serait la main à la main supprimé.

En attente de savoir comment la situation va évoluer, Milillo ne semble pas quelque chose de positif, et dit:

Je ne peux pas donner une autre explication à la teneur des propositions des conseillers régionaux qui ont mis en place un défi dans la lutte éternelle des compétences entre les Régions et le Gouvernement dans le domaine de la santé. Un conflit qui, si elle vient à se matérialiser dans ces conditions, devrait inquiéter tout le monde, du Président de la République pour les Citoyens, pour le Gouvernement, des Parlementaires, des Partis politiques et de Mouvements.

Le conflit dans la catégorie, ce sont les Régions qui vont souffrir dans les prochains jours, à la hausse, dans le doute de n’importe quel type de coopération, nous allons évaluer toutes les formes possibles de lutte pour affirmer notre raison, et ceux des citoyens trahi par les Régions.

Via | Ansa

Laisser un commentaire