L’Aspartame, selon l’Efsa est sûr

Aspartame salute

Une étude italienne avait annoncé l’été dernier: l’aspartame, un édulcorant de l’utilisation largement utilisé, il n’est pas dangereux pour la santé. Aujourd’hui à rassurer officiellement les consommateurs, l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments. À la fin de sa première évaluation complète des risques associés à la consommation de cette substance, a présenté hier à Bruxelles, l’agence a exclu les dangers de l’hypothèse de la recherche.

De maux de tête au cancer, en passant pour les acouphènes et les palpitations, les effets secondaires qui ont été attribués à cet édulcorant au fil des ans de nombreux, mais les experts de l’Efsa, qui est appelé à anticiper l’évaluation complète de l’aspartame par la Commission Européenne à la fin de mai 2011,

exclu, à la suite d’un examen approfondi des éléments de preuve fournis par les études menées sur les animaux et sur l’homme, le risque de l’aspartame, causant des dommages à des gènes et induire un cancer

et ont conclu

que l’aspartame ne pas causer des dommages au cerveau.

En ce qui concerne, au lieu de cela, la grossesse, l’Efsa a conclu que l’exposition du fœtus à la phénylalanine (un des acides aminés présents dans l’aspartame) n’ont pas tous les risques, sauf dans le cas des femmes qui souffrent de phénylcétonurie (maladie qui nécessite d’éviter les aliments riches en phénylalanine).

Stephen Pagani, un porte-parole de l’Efsa, a expliqué que les doses d’aspartame admissibles dans l’alimentation quotidienne, égale à 40 mg par kg de poids corporel, ce qui correspond à 5 litres d’une boisson sucré à l’aspartame ivre tous les jours pour toute la vie.

L’alarme, puis semble de retour.

Via | Ansa Steve Snodgrass

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *