L’autisme, selon l’Oms, les vaccins ne correspondent pas

autismo vaccini

Les vaccins ne causent pas l’autisme. Dire que c’est l’Organisation mondiale de la santé (Oms), en faisant le point de la situation au sujet de la maladie en particulier, il souligne que les données épidémiologiques disponibles montrent qu’il n’existe aucune preuve d’un lien entre la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole et les troubles du spectre autistique.

Des études antérieures ont suggéré un lien aléatoire sont les résultats sérieusement défectueux

explique l’Oms, ajoutant:

Il n’y a pas d’autres éléments de preuve qui suggère que tous les autres vaccins de l’enfance peut accroître le risque de troubles du spectre autistique. En outre, l’analyse de la preuve chargé par l’Oms ont conclu qu’il n’existe aucune association entre l’utilisation de vaccins à des agents conservateurs tels que le tiomersale qui contient etilmercurio et les troubles du spectre autistique.

Les causes de la maladie

Dans son manuel de l’Oms rappelle que les facteurs qui contribuent à l’apparition de troubles du spectre autistique sont multiples et varient d’origine génétique à la protection de l’environnement. Leur présence influence le développement précoce du cerveau et peut jouer un rôle dans le développement de l’autisme, les troubles de la disintegrativi de l’enfance et le syndrome d’Asperger. Tous ces problèmes sont caractérisés par des difficultés dans les interactions sociales et la communication et d’un répertoire d’intérêts et d’activités limités et répétitifs.

Souffrir est de 1 enfant dans tous les 160, et les symptômes sont difficiles à déterminer, avant l’an de l’âge. Le diagnostic est, cependant, possible, avant 2 ans, et est basé sur la présence d’indices, tels que des retards dans le développement, une régression temporaire de compétences linguistiques et de socialisation, et des comportements répétitifs et stereotipizzati.

La capacité intellectuelle de ceux qui en souffrent, il peut être très variable, de sorte que beaucoup de sorte que, si, dans certains cas, sont sévèrement altérée chez les autres sont au dessus de la moyenne. Dans tous les cas, il est estimé que 50% des personnes avec autisme ont à voir avec une déficience intellectuelle.

L’Oms souligne que les parents ont un rôle essentiel dans le soutien aux enfants atteints d’autisme, au point d’être en mesure de leur fournir un soutien psychologique et comportementale efficace.

Via | Qui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *