Pas de fruits dans les boissons et les jus, le décret Balduzzi est en stand-by

bibite e succhi

Boire des boissons gazeuses et jus de fruits réalisés avec les fruits: peut-être que ça aurait été trop beau pour être vrai et, en fait, il ne sera pas ainsi. Ou, du moins, pas pour l’instant. La norme contenue dans le décret Balduzzi approuvé la semaine dernière par le Conseil des Ministres, selon laquelle le jus devrait contenir au moins 20% de fruits (qui est, soit 8% de plus que ce qui est prescrit par la législation en vigueur), devra attendre jusqu’à ce que “le temps de durée indéterminée”, avant d’être mis en pratique.

Tel que rapporté par Coldiretti, que déjà avant l’approbation du décret a été exprimé sur le problème du contenu de vrais jus de fruits, l’application de la norme devra attendre le résultat de la notification du texte figurant dans le décret pour les autorités européennes. L’attente n’est pas justifiée, au moins selon le président de la confédération suisse, Sergio Marini, selon laquelle

la nécessité de la subordination de la règle à la procédure communautaire et est une pure invention. Évidemment changer les gouvernements, mais ne change pas la manière dont ils sont pris autour de l’citoyens et des agriculteurs par les lois utile, mais ayant déjà trouvé le caprice de ne pas appliquer jamais.

Le texte original de l’arrêté Balduzzi prévue pour l’entrée en vigueur de la norme du “1er janvier 2013”. Selon la version approuvée par le Conseil des Ministres, cependant,

après une période de six mois à compter de l’achèvement avec un résultat positif de la procédure de notification conformément à la directive 98/34/CE, les boissons non alcoolisées mentionné à l’article 4 du décret du Président de la République, 19 mai 1958, n.719, doit être commercialisé avec un contenu de jus naturel n’est pas moins de 20 pour cent.

Il reste à savoir combien de temps sera nécessaire pour “affiner avec un résultat positif,” la procédure de notification. Cependant, pour le moment, Coldiretti ne pas abandonner tout espoir et déclare:

Nous sommes convaincus que, dans la phase de conversion de l’arrêté, le Parlement donnera une réelle efficacité de la norme, de fixer une date précise d’entrée en vigueur.

En attendant, tout ce que nous pouvons faire est de continuer avec la bonne habitude de vérifier l’étiquette des produits que nous achetons, boissons gazeuses et jus de fruits “fruit”.

Via | ANSA

Laisser un commentaire